Nanette Workman

 
 
 

Les Français diraient que c’est une enfant de la balle. Chose certaine: elle est tombée dans la marmite de potion ...

 
 
 

lorsqu’elle était petite. Son père était trompettiste dans plusieurs big bands réputés aux États-Unis et sa mère, chanteuse et batteure dans son propre orchestre, Bebe Kaye & The Keynotes. Nanette Joan Workman n’a que six ans lorsqu’elle fait ses débuts à Jackson (Mississippi) dans l’émission de télévision qu’anime sa mère.
À treize ans, elle a sa propre émission de musique pour les
jeunes (Teen Tempos) dans laquelle elle chante régulièrement.

À 19 ans, elle chante sur Broadway dans la comédie musicale How To Succeed In
Business Without Really Trying.Le destin de cette américaine
va prendre un tournant inattendu au début de 1966
lorsqu’elle rencontre, dans un bar de New-York, le producteur
montréalais Tony Roman qui va la convaincre de venir
s’installer au Québec et d’enregistrer en français, alors qu’elle ne parle pas un mot de cette langue!

Le public québécois adopte tout de suite cette grande et belle fille à la voix rauque et sensuelle. Elle remporte plusieurs succès sur disques, est élue Révélation féminine de l’année au Gala des artistes de 1967 et anime, avec Tony Roman l’émission estivale Fleurs d’amour, fleurs d’amitié à la télévision de la SRC.
Alors qu’elle se produit à Expo 67, Nanette fait la connaissance du producteur
britannique Richard Armitage qui deviendra son gérant au début de 1969.

Ils travaillent ensemble à Londres au
premier album anglophone de Nanette,
qui signe sept des chansons. Parallèlement,
l’ingénieur du son Chris Kimsey l’engage
comme assistante à l’enregistrement
au studio Olympic, un des plus sélects en Angleterre.
Il ne tarde pas à découvrir ses formidables
capacités vocales et l’intègre à l’équipe de choristes
du studio où défilent les plus grandes vedettes britanniques.

Les Rolling Stones viennent y enregistrer l’album Let It Bleed. C’est la voix de Nanette qu’on entend en duo avec Mick Jagger sur Country Honk (nouvelle version de Honky Tonk Woman) et You Can’t Always Get What You Want.

Georges Harrison, John Lennon et Ringo Starr, qui préparent des albums en solo sur l’étiquette Apple, utilisent régulièrement la chanteuse. C’est à cette époque que le jeune Reggie Dwight (qui connaîtra la gloire sous le nom d’Elton John) lui écrit Rebecca, un des premiers enregistrements anglophones de Nanette. Malheureusement, des problèmes de visa de travail la forcent de quitter l’Angleterre en 1970.

Nanette se joint alors aux choristes du chanteur Johnny Hallyday qui est impressionné au point de lui offrir la première partie de la série de spectacles qu’il donne un peu partout en Europe, en Afrique et en Asie.

C’est d’ailleurs lui qui produira, en 1974, le deuxième album anglophone de Nanette. Installée dans le familier studio Olympic, elle enregistre quelques unes de
ses compositions, ainsi que des chansons écrites pour elle par Keith Richards (des Rolling Stones), Gary Wright (ex Spooky Tooth) et Peter Frampton.

Des problèmes font que cet album ne paraîtra qu’en 1977 au Québec sous le
titre Grits and Cornbread. Un projet de groupe avec Nanette et Peter Frampton est finalement abandonné.

À Londres, la chanteuse rencontre le bassiste montréalais Angelo Finaldi. Tous deux décident de rentrer à Montréal.

Dès son retour, Nanette Workman décroche un rôle dans le film Mustang de Marcel Lefebvre. Puis, le producteur Yves Martin lui fait enregistrer une version française d’un succès de Patti LaBelle, Lady Marmelade, qui connaît ici un énorme succès.
À mon avis, cette version surpasse l’originale en dynamisme et en sensualité.



Profitant de la vogue disco, Nanette Workman s’impose sur les palmarès avec Danser danser, J’ai le goût de baiser, Ce soir on m’invite et d’autres chansons aux
accents nettement plus rythm & blues que disco.

Le présent album vous propose de redécouvrir la Nanette Workman de cette époque, déchaînée, sensuelle avec cette voix rauque et mélodique, qui s’étire sans jamais briser sur un registre impressionnant.

Nanette et Angelo Finaldi ont signé la grande majorité des chansons, parfois aidés par les copains Georges Boule Noire Thurston, Richard Tate (ex-Mersey’s qui avait fait partie avec Finaldi de l’éphémère trio Les Araignées Chromées en 1970 et qui avait travaillé avec Johnny Hallyday par la suite), le producteur Yves Martin et le guitariste Walter Rossi.

C’est alors que le parolier Luc Plamondon remarque la voix sans pareille de Nanette Workman. Il lui écrit la chanson Pas fou en 1975. Déjà, à cette époque, il a commencé à écrire, avec Michel Berger, l’opéra-rock Starmania et c’est à la voix de Nanette qu’il pense pour défendre l’électrisant Ce soir, on danse à Naziland.
Il s’aperçoit qu’elle peut jouer de façon très convaincante et lui offre le rôle de Sadia dans la création de son œuvre au Palais des Congrès de Paris en 1979.

Depuis ce temps, Nanette est une des chanteuse-fétiche de Plamondon. Il lui écrit, en 1980, l’album-concept Chaude et, sur une musique de Germain Gauthier, la chanson Call Girl, qui devient le plus grand succès de sa carrière. Elle recoit d’ailleurs le Félix de l’album le plus vendu au Gala de L’ADISQ en 1982. Plamondon lui confie le rôle de la diva dans son nouvel opéra-rock La Légende de Jimmy qui est présenté à Paris et à Montréal entre 1990 et 1992.

Force est de constater que cette américaine toute simple, qui a maintenant ses racines bien implantées au Québec, a une feuille de route fort impressionnante. Nanette Workman est l’une des meilleures chanteuses que j’aie entendues, capable de rendre toute une gamme d’émotions.

Durant la tournée Du Gramophone au laser (1985) avec Jean-Pierre Ferland, je me souviens de son interprétation nuancée, déchirante et inoubliable de Je ne suis qu’une chanson.

En ce qui concerne les titres du présent album, appelez des amis, tassez les meubles et laissez cette voix unique faire le reste. Ce soir, on danse à Nanetteland!

Robert Thérien, novembre 1999

 

Afin de pouvoir visionner les scopitones et écouter les extraits musicaux, vous devez avoir le logiciel Windows Media PLayer installé sur votre ordinateur. Si ce n'est pas le cas, vous pouvez le télécharger en cliquant sur le logo ci-contre.

Danser Danser
$ 15,99



Guantanamera
$ 7,99



Call Girl
$ 7,99



Honky Tonk Woman
$ 7,99