Les Mégatones

 
 
 

Parmi les nombreux groupes qu’a connu le Québec dans les années 60, les Mégatones demeurent, à plus d’un titre, ...

 
 
 

le groupe pionnier. Ce sont les Mégatones qui ont amené le fameux son des guitares en écho de la salle de danse au studio d’enregistrement. D’abord vedettes de la radio (Le Cabaret des jeunes, à CHRC), ils furent baptisés de ce nom atomique par l’animateur Jacques Boulanger, impressionné par l’énergie que le groupe dégageait sur scène.
Engagés pour une fin de semaine à la Boîte aux chansons du Vieux-Québec, voisine du célèbre cabaret La Porte St-Jean, ils s’y produisirent de la fin juillet jusqu’à Noël 1962. Entretemps, Yvan Dufresne, le célèbre impresario de la compagnie Apex, les remarque et leur fait graver non pas un simple 45 tours, comme c’était la coutume du temps, mais un album entier rempli du rythme et du son de la jeunesse. Les compositions du groupe Mégatwist, Diane, Monsieur Solitaire et surtout Rideau S.V.P. y côtoient le célèbre Ebb Tide et le classique Nut Cracker (Casse-noisette).
L’année 1963 les voit aux quatre coins de la Belle Province, sur scène et sur les écrans de télévision. L’enregistrement un peu hâtif d’un second microsillon ne peut répéter l’exploit initial mais donne quand même quelques airs à fredonner dont l’original Chalala et la reprise du succès de Bob Moore, Mexico.
Suit une période épique pendant laquelle le groupe tente sa chance outre-frontières. De l’été 1964 au mois de février suivant, les Mégatones sillonnent plusieurs états américains, décidés à y faire leur marque. Ici, un nouvel album Vive les copains et un film Scopitone de Guitar limbo permettent aux fans de se souvenir de leur groupe fétiche. De cette troisième cuvée nous proviennent Altitude 3000 et Jeunesse jump. Le groupe compte maintenant six musiciens dont deux batteurs: Réjean et Ralph, ce dernier agrémentant leur son de percussions plus exotiques (congas) à l’occasion.

Malheureusement, à leur retour, ils constatent qu’il y a eu révolution en la demeure et que des dizaines de groupes multicolores occupent les positions stratégiques des palmarès. Une dernière mutation leur permet de survivre un certain temps sous le nom des Ook-Piks. À la fin de la décennie, de brefs retours en studio leur permettent de graver quelques titres de plus, dont leur chant du cygne, sur des textes de Denis: Monsieur Armstrong et Vivre intensément.
- Richard Baillargeon

 

Afin de pouvoir visionner les scopitones et écouter les extraits musicaux, vous devez avoir le logiciel Windows Media PLayer installé sur votre ordinateur. Si ce n'est pas le cas, vous pouvez le télécharger en cliquant sur le logo ci-contre.

Le top 30
$ 16,99