Bob Robie

 
 
 

Bob Robie Natif d’Ottawa, (né Robert Robitaille) Bob Robie étudie le chant classique pendant huit ans,

 
 
 

remportant plusieurs concours dans sa région natale. Titulaire d’une bourse du gouvernement, il perfectionne sa technique vocale tout en se produisant à l’occasion dans des galas et en remplissant quelques engagements dans des hôtels et des cocktail lounges. Son arrivée à Montréal coïncide avec l’ouverture de la station de télévision CFTM où il fait ses débuts en 1961 à l’émission Dix sur dix, animée par Réal Giguère. Le réalisateur Jean Claveau le met alors en contact avec le producteur Roger Miron des disques Rusticana qui lui fait enregistrer, au printemps de 1962, Dors mon adorée et Aime-moi longtemps (un grand succès de Paul Anka). Ses apparitions à la télévision et sur scène font lentement connaître le chanteur de l’Outaouais qui place Sans toi, une de ses compositions, sur son deuxième 45 tours à l’automne de 1963. Bob Robie obtient ses premiers grands succès lorsque Maria Elena fait son apparition au palmarès en mars 1964, suivi en mai de Tu n’es plus là et, en octobre, de Le bateau s’en va, une superbe composition de Henry Mancini. Comme c’était souvent la cas à cette époque où le 45 tours était roi, l’album Voici Bob Robie, paru à l’automne de 1964, réunit toutes les parutions du chanteur dans les deux années précédentes. Doté d’une voix ample et assurée rappelant souvent celle de Fernand Gignac, Bob Robie excelle dans la ballade romantique, comme Des oeillets blancs, Elle était si jolie ma maison, Aventures dans les îles et Une humble chapelle, un succès américain du début des années 1950 dont Roger Miron a fait la version française. Ce dernier a fait de même pour Entre tes bras, je m’abandonne que Bob Robie chante en duo avec Jacline Guy. Cette chanson marque une des incursions du chanteur dans la musique pop, tout comme Pardonnez-nous les filles et Tout sera rêve, une version twistée de Some Enchanted Evening, de la comédie musicale South Pacific. Mais Bob Robie revient au style qu’il affectionne avec Larmes gitanes (Spanish Eyes) qui le ramène sur les palmarès au début de 1966. Montréal la nuit est un blues langoureux qu’avaient composé Raymond Denis et Maurice Bourbonnais, (Ray Denis et Moe B.) un duo de fantaisistes qui connaissait beaucoup de succès dans les cabarets montréalais dans les années 1950. La voix de Bob Robie, le deuxième album, est paru à la fin de 1966 et comprend notamment Sérénade sans espoir, Pourquoi rêver ( de l’organiste Léo Denis) et Ce n’est pas loin domani. Les Disques Mérite a réuni non seulement les chansons des deux albums mais également des titres qui étaient parus sur des projets spéciaux afin de constituer presqu’un intégral des chansons de Bob Robie pour ceux et celles qui aimeraient réentendre ou simplement découvrir sa voix. - Robert Thérien

 

Afin de pouvoir visionner les scopitones et écouter les extraits musicaux, vous devez avoir le logiciel Windows Media PLayer installé sur votre ordinateur. Si ce n'est pas le cas, vous pouvez le télécharger en cliquant sur le logo ci-contre.

Les grands succès
$ 7,99